Evolyou - Au coeur de votre pratique

Quel est le protocole de forage à adopter en implantologie dentaire ?

11 septembre 2019

 

Quel est le protocole de forage à adopter en implantologie dentaire ?
Le protocole de forage dépend-il de chaque situation clinique ?
Quelles sont les éléments importants à prendre en compte en amont de cette étape fondamentale du traitement implantaire ?

Le protocole de forage préalable à la pose d’implant ne peut être systématisé. Il a longtemps été communément admis que le forage se ferait selon trois types de vitesse de rotation :
- 1200 tours minute pour le foret pointeur
- entre 800 et 1200 tours minute pour le 1er foret 
- entre 800 et 400 tours minute pour les forets suivants
 
L’opérateur ne peut pas être systématique et doit s’adapter à chaque site implantaire. 
 
En effet, la perception de la texture ainsi que la densité osseuse par l’opérateur sont extrêmement importantes et conditionnent le protocole de forage. En amont, l’analyse radiographique aura permis à l’opérateur d’identifier le type d’os selon la classification de Misch. Puis l’examen de la crête au moment du décollement du lambeau donnera un complément d’informations quant à la qualité de la corticale, son épaisseur et sa vascularisation.
 
Certes, le franchissement de la corticale externe se fera de façon très brève à haute vitesse (environ 1200 tr/min) mais la suite du forage doit se faire autour de 200 tr/min.
 
Une vitesse de forage trop élevée entraînera un échauffement qui s’accompagnera inexorablement d’une nécrose du tissu osseux périphérique. Ce tissu nécrotique est la plupart du temps évacué par les cellules de l’inflammation et laisse place à un os néoformé, garant de la future ostéointégration. Mais parfois, il est responsable d’une ostéite rédhibitoire entraînant la fameuse douleur du 3ème jour (signe annonciateur de la perte de l’implant).
 
Ainsi, il est nettement préférable de forer à très basse vitesse d’autant plus que l’os est très corticalisé. Cette phase de forage est extrêmement importante et doit se faire dans un mouvement vertical qui alterne pression et relâchement avec une très bonne irrigation.
En présence d’un os très spongieux il est même possible de tourner sans irrigation à basse vitesse (100 tr /min) permettant de récupérer si c’est nécessaire des copeaux osseux qui seront réutilisés pour obturer un éventuel hiatus…
 
Emmanuel Cohen
Chirurgien-dentiste, tuteur en implantologie
 
Vous souhaitez bénéficier de l’expertise & des conseils de nos tuteurs en implantologie ?
 

 

 

 

AUTRES ACTUS